EASA2012: Uncertainty and disquiet

Nanterre University, France, 10/07/2012 – 13/07/2012

(IW005)

Phénoménographies du doute (FR or EN)

Location V503
Date and Start Time 13 Jul, 2012 at 11:30

Convenors

Stéphane Rennesson (EHESS-CNRS) email
Albert Piette (Université Paris X-Nanterre) email
Mail All Convenors

Short Abstract

Afin de contribuer à la discussion sur la spécificité anthropologique d'un mode d'être au monde incertain nous nous intéressons aux expériences du doute telles qu'elles participent au fondement ontologique même de créatures aux modes de présence divers (humains, animaux, divinités, institutions)

Long Abstract

Cet atelier vise à mettre en débat un ensemble de travaux qui portent sur les modalités de présence de créatures telles que robots, animaux, divinités ou institutions. Selon le thème général du congrès, l'idée est de comparer à partir d'observations minutieuses, phénoménographiques, les manières diverses avec lesquelles ces entités enchaînent et enchevêtrent des modes de tranquillité ou de familiarité et des modes de tension ou de fatigue, selon les situations qu'elles traversent. Un animal qui relâche son attention, un robot qui beugue, une divinité qui refuse un sacrifice pourraient être ici comparés. Il s'agit d'identifier les critères pertinents qui permettent de déterminer les seuils minimum et maximum de doute tolérés, tant en intensité, en nature qu'en fréquence. L'atelier sera aussi une occasion de préciser et discuter les protocoles méthodologiques nécessaires pour pratiquer ce type d'observation sur des êtres vivants doués ou non de, ce que l'on nomme par commodité, réflexivité

Chair: Albert Piette
Discussant: Emmanuel Grimaud

This workshop is closed to new paper proposals.

Papers

Où, quand et comment il est intervenu : remèdes contre le doute et témoignages de l'efficacité d'un saint à travers l'analyse des ex voto.

Author: Nora Demarchi (Université Aix-Marseille)  email
Mail All Authors

Short Abstract

Mon travail porte sur la modalité de présence d'une créature divine à travers l'observation minutieuse des ex voto présents à l'intérieur de la chapelle à lui consacrée. Mon intention est d'observer les manières diverses et les contextes différents dans lesquels cette entité est intervenue.

Long Abstract

La chapelle du sanctuaire de Saint Besse, positionnée à 2019 mètres sur le niveau de la mer, entre la Val Soana et la Vallée de Cogne, a sur ses vieux murs moisis par l'humidité un nombre impressionnant de petits tableaux. Chacun d'entre eux représente un ex voto per gratia ricevuta, une façon pour les croyants de remercier le saint pour avoir exaucé leur vœu. De la guerre d'Indochine aux accidents en voiture, les cas illustrés sont nombreux et offrent un aperçu des différents domaines d'efficacité du saint. Plusieurs tableaux représentent le moment même où saint Besse est intervenu, ou la circonstance particulière dans laquelle on a demandé son intervention et il a répondu. A' côté des tableaux on peut retrouver aussi des petites médaillés figurantes les membres guéris et des rubans naissance rose ou azur qui démontrent la capacité du saint de guérir de la stérilité. L'analyse que j'ai conduite sur ces images mets en évidence la dévotion populaire à ce saint, le pouvoir guérisseur que les croyants lui attribuent ainsi que les domaines où son efficacité a été prouvée.

Vu que les cas où le saint a refusé son intervention ne sont pas analysables, en étant la déception du croyant non représentée à l'intérieur de la catégorie des ex voto per gratia ricevuta, je me limiterai à observer les cas où saint Besse a certainement déployé son pouvoir, en étant l'ex voto une épreuve incontestable du vœu exaucé et de son efficacité face au croyant.

Glances of collaboration during a filming session with bonobos

Author: Margaret Buckner (Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (UMR CNRS 7186))  email
Mail All Authors

Short Abstract

This presentation looks at very rapid glances from a bonobo being filmed that were not noticed in real time, but only when the video underwent editing. The glances reveal the bonobo's conscious participation in the filming session.

Long Abstract

This presentation will examine a few short video clips filmed at a bonobo research center. I filmed an adolescent male bonobo grooming a baby bonobo. Throughout the grooming session, the adolescent threw lightening-quick glances at me (at the camera). I didn't notice the glances while filming, only when I later uploaded and edited the clips. He also positioned himself and the baby in such a way that the grooming could be filmed at a good angle. Furthermore, at one point the adolescent picked up the baby and brought him right next to the enclosure screen and positioned himself so that I could get a good view. Again, he threw very quick glances to make sure the camera was still on him. Through his glances, his positioning, and his approaching the camera, he seemed to be letting me know that he was participating in the filming, that he was playing his role well. He was not only an actor in the sense that he was carrying out the act of grooming the baby, but he was also an actor in the Hollywood sense, a conscious collaborator in the film.

Insect magnetism

Authors: Stéphane Rennesson (EHESS-CNRS)  email
Emmanuel Grimaud (CNRS)  email
Mail All Authors

Short Abstract

Despite the fact insects and human beings can’t share any mental images, representations nor joint frame of attention, the beetle fighting in Northern Thailand shows they can yet cooperate on the basis of a magnetic field that carries signals that remain hardly interpretable and whose effects are unstable

Long Abstract

How can we, human beings, coordinate actions with animals? As such, the Rhinoceros beetle fighting scene in northern Thailand explores a puzzling technique of bringing together human and animal action. We intend to show through the study of this game that some cases invite us to specify our understanding of the notion of cooperation. What can the breeder-players share with their beetles called locally kwaang? Representations? Mental images? Probably not. A common context of attention or something like that? The answer to this question is far from being self evident because the partners of the game don't share the same perceptive and cognitive abilities, the same "umvelt" after the expression of Jakob Von Uexküll.

Nevertheless, amateurs agree on the fact that if the kwaang can't be really tamed, but since they are sensible to vibration one can however try to enhance their fighting potentialities and to guide them by tactile means during the fight. The Rhinoceros beetles finally prove to be profoundly ambiguous animals, at the same time remarkably obedient and nervous as they can alternatively be easily controlled and escape suddenly the fighting device elaborated by humans. In order to decipher the logic at stake behind the kind of vibratory field elaborated and maintained by the players and their insect, we shall draw on enlarged theories of communication that evades semiotic interpretations that seems inappropriate.

De tout ce qu'il faut pour qu'il y ait événement - Ou comment faire de la physique avec le LHC

Author: Sophie Houdart (CNRS)  email
Mail All Authors

Short Abstract

Il s'agit, dans cette communication, de présenter certains des dispositifs de maintenance, de stabilisation et d'homogénéisation par lesquels le LHC, la plus grande machine expérimentale de physique des particules, produit effectivement de la physique.

Long Abstract

Que voit-on? Qu'observe-t-on? De quelle nature est l'événement auquel on assiste? Comment s'assurer que cet événement concerne bel et bien le cosmos, et qu'il informe bel et bien de ses propriétés? Au CERN, autour du LHC (Large Hadron Collider), les opérations de maintenance, de stabilisation, d'homogénéisation sont incessantes. Sur le nombre très éloquent de participants (physiciens, ingénieurs...) à cette infrastructure expérimentale - la plus grande au monde -, ce sont ainsi près de 90%, dit-on, qui « s'occupent de la machine ». Pour obtenir et maintenir des faisceaux de protons stables susceptibles de livrer des informations sur la structure de l'univers, on ausculte le LHC quotidiennement, on procède à des relevés innombrables, on installe partout des dispositifs de surveillance et de monitoring - on capte, de manière continue, le pouls de la machine de manière à ce que l'événement attendu (le fait physique) ne soit imputable à aucune autre force qu'aux lois physiques elles-mêmes. C'est partie de ces maniements collectifs, extrêmement bien coordonnés, que j'aimerais décrire dans cette communication.

This workshop is closed to new paper proposals.