Accepted paper:

La construction des signalétiques urbaines à Douala (Cameroun) : entre régulation et légitimation des pratiques informelles dans les rues

Authors:

Salifou Ndam (NCE/University of Yaounde 1)

Paper short abstract:

À Yaoundé ou à Douala, étrangers ou citadins attentifs au Code de la route ont de la peine à se repérer dans la rue parce que les signalétiques urbaines sont noyées dans le désordre ou quasi-inexistantes à cause des commerçants de rue.

Paper long abstract:

Le Cameroun est un pays où plus de la moitié de sa population vit dans les villes. Douala, la capitale économique du pays, accueille la grosse partie de la population urbaine, soit 25 %. Vu l'expansion du chômage et le sous-emploi, certains individus qui y arrivent s'insèrent plutôt dans la vie urbaine par le secteur informel. Ceux ayant choisi cette voie transforment les rues en espace de commerce. Pour cela, ils rentrent en « guerre » contre les équipes de la police municipale, instance de régulation et de répression de la Communauté urbaine de Douala. Pour investir les rues, les commerçants dits de rue occupent les trottoirs, une partie de la chaussée et emploient les panneaux de signalisation comme étals. La particularité de ces pratiques réside sur le fait qu'elles noient les panneaux de signalisation dans l'anonymat. De ce fait, un visiteur ou un citadin attentif aux Codes de la route aura de la peine à se repérer dans la rue. Bien que les commerçants choisissent la rue comme espace de commerce, au point d'envahir les signalétiques urbaines, les autorités municipales sont débordées et privilégient l'urbanisme du laisser-faire.

panel Anth04
Urban policing and production of the city