W032
La transformation des sociétés balkaniques: certitudes changeantes et incertitudes constantes ? (EN & FR)

Convenors:
Gilles de Rapper (CNRS)
Olivier Givre (Université Lumière - Lyon 2)
Discussant:
Gabriel Stoiciu, 'Francisc Rainer' Anthropological Institute
Location:
S202
Start time:
11 July, 2012 at 11:30
Session slots:
3

Short abstract:

L'objectif de cet atelier est de réfléchir à la transformation des sociétés balkaniques, entre l'époque communiste et aujourd'hui, sous le prisme de l'incertitude et des certitudes, des ruptures et des continuités, des changements systémiques et des expériences quotidiennes.

Long abstract:

Au début des années 1990, la fin des régimes communistes en Europe s'est accompagnée de transformations profondes et globales avec un impact sur les trajectoires individuelles et sur les attentes, l'imaginaire et les peurs des habitants de la région. On a souvent qualifié de « transition » le remplacement des certitudes des États socialistes sur leur succès et leur pérennité face à l'Ouest, par de nouvelles certitudes sur les bienfaits des nouveaux modèles économiques et politiques. Ces changements de certitudes ont cependant pour pendant la constance des incertitudes. Dans son quotidien comme dans les soubresauts de l'histoire politique, la vie sous le communisme était largement porteuse d'incertitude et d'inquiétude : aux certitudes du discours officiel répondaient les incertitudes personnelles. Tandis que la "transition" elle-même, loin de mener à la destination finale promise et espérée, est devenue plus incertaine à mesure que l'expérience de la réalité révélait la diversité et l'instabilité de configurations inédites et inachevées: l'incertitude inquiète a pris la place des certitudes optimistes des débuts. Ces décalages entre certitudes affichées et incertitudes vécues persistent dans la confrontation entre des schèmes de gouvernance globaux et les expériences quotidiennes prises entre plusieurs logiques parfois incompatibles. Ces changements radicaux de certitudes et d'incertitudes font-ils des sociétés balkaniques un "observatoire" privilégié de l'hétérogénéité des sociétés contemporaines ?